Les bienfaits numériques

9. Dezember 2020

Eine afrikanische Frau unterrichtet zwei ihrer Kinder mit Hilfe eines Minitablets.

Une mère au Kenya aide ses enfants grâce à l'enseignement à distance. Elle a appris à faire cela dans le cours sur les ordinateurs.

Texte : Irene Sinoya, World Vision Kenya, et Monika Hartmann, World Vision Suisse 

Depuis que les écoles du Kenya ont été fermées à cause de COVID-19, Anne est une femme très occupée. Cette mère de sept enfants, âgée de 50 ans, jongle entre les tâches ménagères, la gestion de son entreprise et l'éducation de ses enfants à la maison. 

Cours d’informatique pour les mères 

"Normalement, ce sont les professeurs qui font tout le travail. Ils enseignent des matières, donnent des devoirs et les corrigent. Mais maintenant, je dois faire tout cela, car je ne veux pas que mes enfants négligent l'apprentissage", dit Anne. Elle y parvient en partie grâce aux compétences informatiques et internet qu'elle a acquises dans le cadre du projet "Les femmes et le web" de World Vision, en collaboration avec 5 000 autres femmes de l'ouest du Kenya. "Au début, je ne savais pas comment démarrer un ordinateur ou utiliser un smartphone. Chaque fois que je suis entré dans un bureau avec un ordinateur, j'ai eu peur. Aujourd'hui, je peux faire fonctionner n'importe quel smartphone sans difficulté", dit-elle.   

Zwei Buben lernen das Alphabet mit einer Lern-App auf dem Tablet.Obed (à gauche) et Paul utilisent la mini tablette de leur mère pour leurs travaux scolaires. 

Mère et enseignante 

Les connaissances acquises aident les femmes à s'attaquer efficacement aux problèmes d'éducation et de chômage causés par la pandémie de coronavirus au Kenya. "Mes enfants sont maintenant à la maison. Mais grâce à la formation en informatique et sur le Web que j'ai reçue dans le cadre du projet, je peux les aider à apprendre dans tous les domaines". Anne a téléchargé un certain nombre d'applications d'apprentissage en ligne et de tutoriels sur sa mini-tablette sur des sujets que ses enfants étudient à l'école.   

Obed, son fils de 11 ans, dit : "J'utilise la tablette de ma mère pour faire mes devoirs. Au début, des matières comme les sciences, les mathématiques et l'anglais étaient difficiles pour moi, mais avec l'aide de ma mère, j'ai commencé à les comprendre". Leur fille Sylvia, 13 ans, explique : "Maman m'aide à étudier avec sa tablette. Je joue aussi à des jeux quand je m'ennuie", dit-elle en riant. 

Mehrere Kinder winken fröhlich hinter einem Tisch mit Perlendeckchen.Pendant leur temps libre, les enfants participent à la fabrication d'objets artistiques en perles. 

Une entreprise de couture fructueuse grâce à WhatsApp 

Anne utilise également les connaissances qu'elle a acquises pour développer son entreprise de couture, qui est en plein essor malgré la pandémie. Pour se tenir au courant des nouvelles tendances de la mode, elle télécharge des idées de design sur internet, les coud et vend les vêtements branchés à ses clientes. 

Grâce à des tutoriels sur internet, elle a encore élargi ses services et propose désormais également des sets de table, des porte-clés et des sacs à main décorés de perles de verre. Elle a appris à ses enfants à fabriquer des objets simples tels que des colliers et des bracelets pendant leur temps libre. "De cette façon, les enfants peuvent utiliser leur temps libre de façon sensée et créative", dit la mère. 

Grâce à Internet, elle est en mesure de bien vendre ses produits malgré les sévères restrictions imposées par le coronavirus. "J'utilise WhatsApp pour proposer mes modèles de vêtements à des clientes dans différentes villes. De cette façon, je fais un bénéfice beaucoup plus important". Anne utilise ce revenu pour acheter de la nourriture pour sa famille et des livres, des vêtements et des articles de toilette pour ses enfants. 

Eine afrikanische Frau näht Stoffmasken.Anne coud des masques en tissu et les donne gratuitement aux personnes dans le besoin pour les protéger contre le COVID-19. 

Des masques pour les plus pauvres 

En tant que bénévole dans le secteur de la santé, elle coud des masques pour les personnes en besoin de son quartier. "Beaucoup de gens ici n'ont pas les moyens d'acheter un seul masque. Comme je suis couturière, je leur couds et leur distribue gratuitement des masques pour les protéger contre le COVID-19", dit-elle. Elle apprend également à d'autres femmes à se familiariser avec l'ordinateur et l'internet afin qu'elles puissent aider leurs enfants à suivre des cours à domicile. 

Avec un parrainage d'enfant, vous soutenez des familles comme celle d'Anne dans le cadre de projets de développement durable et à long terme. Ceux-ci offrent aux gens une aide pour s'aider eux-mêmes, pour sortir de la pauvreté et avoir une bonne perspective d'avenir.

Diesen Beitrag teilen:


Das könnte Sie auch interessieren

Verwandte Artikel

Nepal: Die 16-jährige Pinky vor ihrer Schule in einem Gang und lächelt in die Kamera.

16. Juli 2021

Pin­ky aus Ne­pal: vom schüch­t­er­nen Mäd­chen zur Bot­schaf­te­rin für Kin­der­rech­te

Die 16-jährige Pinky aus dem Distrikt Sarlahi im Süden Nepals hat sich von einer stillen und schüchternen Schülerin zu einem selbstbewussten Mädchen entwickelt, das in ihrer Gemeinde Veränderungen bewirken will und aktiv gegen Kinderheirat vorgeht.


18. Juni 2021

WORLD VI­SI­ON EST UN PAR­TENAI­RE DE L'ONU POUR LA RE­STAU­RA­TI­ON DES ÉC­O­SYS­TÈ­MES

World Vision est un partenaire officiel de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes, qui débute le 5 juin. La méthode de reboisement régénératif FMNR (Farmer Managed Natural Regeneration) est donc reconnue comme une méthode efficace pour revégétaliser et reboiser les sols dégradés à grande échelle, de manière naturelle et en intégrant les connaissances locales.


Nicaragua: Ein junger Mann erklärt etwas auf grossen Papierbögen.

18. Juni 2021

Pa­ten­kind Ju­lio: «Ich die­ne mei­nem Dorf mit mei­nem Wis­sen.»

Der 18-jährige Julio ist Patenkind in unserem langjährigen Entwicklungsprojekt Xochiltlepec in Nicaragua. Er erzählt uns, wie sich die Patenschaft auf sein Leben auswirkt.


Nicaragua: Ein junger Mann erklärt etwas auf grossen Papierbögen.

18. Juni 2021

En­fant par­rai­né Ju­lio : « Je sers mon vil­la­ge avec mon sa­voir. »

Julio, 18 ans, est un enfant parrainé dans le cadre de notre projet de développement de longue date Xochiltlepec au Nicaragua. Il nous raconte comment le parrainage impacte sa vie.

WIR SIND FÜR SIE DA:

Kinderhilfswerk
World Vision Schweiz
Kriesbachstrasse 30
8600 Dübendorf

info@worldvision.ch
T +41 44 510 15 15

World Vision ist die Sicherheit und Privatsphäre der Kinder in unseren Patenschafts-Programmen ein grosses Anliegen. [ ]

Wenn Sie Grund zur Annahme haben, dass eines dieser Kinder gefährdet ist, geben Sie uns bitte umgehend Bescheid: Rufen Sie uns an unter +41 44 510 15 93 oder schicken Sie uns ein E-Mail an protection@worldvision.ch.

Newsletter abonnieren

instagram

 

 

ALLGEMEINE SPENDEN    Postkonto: 80-142-0  |  Bank: IBAN CH98 0900 0000 8000 0142 0

World Vision Schweiz ist eine gemeinnützige und somit steuerbefreite Organisation. CHE-333.958.696

World Vision verwendet Cookies, um Ihr Online-Erlebnis zu verbessern.
Mit der weiteren Nutzung von worldvision.ch akzeptieren Sie unsere Datenschutzbestimmungen