De l'eau propre pour Menkao

15. April 2021

Brigitte remplit une tasse d'eau fraîche.

Enfin de l'eau saine et propre!

Texte : World Vision Suisse

« Pour laver les vêtements et les couches de nos enfants, j'allais chercher de l'eau dans un puits non équipé. L'eau n'était pas de bonne qualité. Mais nous en buvions parce que nous n'avions pas d'autre choix », explique Brigitte, 55 ans, mère de six enfants. Elle vit avec sa famille à Menkao, à 79 kilomètres du centre-ville de Kinshasa. La famille vit de l'agriculture.

Brigitte puise dans l'eau sale.Auparavant, dans le puits sans revêtement, l'eau était de mauvaise qualité.

Lorsque Brigitte et son mari sont arrivés à Menkao en 1990, il y avait de sérieux problèmes d'approvisionnement en eau potable. « Au départ, je devais aller chercher l'eau à environ deux kilomètres de notre maison. L'eau était de mauvaise qualité, elle ressemblait à l'eau d'un étang », se souvient Brigitte. Tôt le matin, à cinq heures, elle attachait son plus jeune enfant sur son dos et partait chercher de l'eau. La marche était longue et prenait beaucoup de temps chaque jour. « Il était difficile de faire toutes les tâches ménagères en plus », raconte Brigitte. « Souvent, je ne pouvais plus travailler sur le champ comme prévu. »

De l'eau propre grâce à six puits
Pour résoudre le problème de l'eau à Menkao, World Vision s'est associé à des organisations communautaires pour forer six puits d'eau reliés à quatre bornes-fontaines qui rapprochent l'eau des membres de la communauté. Les quatre bornes-fontaines ont une capacité suffisante pour fournir de l'eau douce aux 3’000 foyers de la communauté. Désormais, les habitants de Menkao ont accès à l'eau potable. Avec une contribution de 300 francs par bidon de 25 litres, la population assure elle-même la pérennité de l'œuvre : les petites réparations, par exemple, peuvent être payées avec la contribution ainsi économisée.

Brigitte se tient devant le nouveau robinet d'eau potable.Aux nouveaux robinets, il y a suffisamment d'eau potable pour tous les ménages.

Brigitte est aussi très heureuse de l'installation des bornes-fontaines dans son quartier : « Cette eau est un soulagement pour les gens d'ici. Depuis que nous avons l'eau près de nos maisons, je ne dois plus parcourir de longues distances à pied. Avant d'aller au champ, je puise rapidement de l'eau que je peux utiliser pour faire la vaisselle et nettoyer ma maison. J'utilise également l'eau pour faire cuire du pain de manioc que je vends pour nourrir ma famille et subvenir aux besoins de ma plus jeune fille qui a trois ans », a-t-elle ajouté. La petite fille, qui tombait souvent malade à cause de la mauvaise eau, est maintenant en bonne santé. Et Brigitte fait des économies car elle ne doit plus emmener la petite fille à l'hôpital aussi souvent.

L'eau et la santé sont la base de la vie. Dans nos projets, nous nous engageons à créer des conditions de vie durables et donc des perspectives qui encouragent les enfants et leurs familles et leur offrent ainsi un meilleur avenir. Faites une contribution maintenant!

Diesen Beitrag teilen:


Das könnte Sie auch interessieren

Verwandte Artikel

21. April 2021

Mon­go­lie : 50 ta­b­let­tes pour les cours à do­mi­ci­le pen­dant la pan­dé­mie

Une pression sur le bouton et l’enseignement en ligne peut commencer. Pendant que les écoliers, en Suisse, peuvent apprendre relativement facilement depuis la maison, cela met les enfants de la périphérie de Ulaanbaatar, la capitale de Mongolie, en grande difficulté. Comment assurer l’enseignement à la maison sans ordinateur ?


Bengladesh : lors d’un Chosen-Event, un filleul tient entre ses mains la photo de son parrain.

20. April 2021

A Muk­ta­ga­cha, les en­fants ont choi­si

Le 2 février, la décision se trouvait entre les mains des enfants dans notre projet de développement Muktagacha : ils choisissaient eux-mêmes leurs parrains. Une bonne raison de revêtir ses plus beaux habits et fêter – autant que le permettait la pandémie.


Kenya : une jeune fille s’engage contre la Female Genital Mutilation (FGM).

19. April 2021

Ke­nya : de la hon­te de ne pas êt­re cir­con­cis

Faith n’est pas excisée. Ce n’est pas par hasard qu’on se moque d’elle dans sa patrie pour cette raison. Bien que les mutilations d’organes génitaux féminins soient interdites par la loi au Kenya depuis 2011, elles restent pratiquées en tant que tradition respectée. Dans le cadre de programmes de protection des enfants, World Vision aide des enfants à se protéger de ces pratiques néfastes.


Enfants jouant sur un matelas

15. April 2021

At­té­nu­er les ef­fets à long ter­me de la pan­dé­mie

Les enfants souffrent particulièrement des effets de la pandémie - même si le COVID-19 est généralement bénin chez eux.

WIR SIND FÜR SIE DA:

Kinderhilfswerk
World Vision Schweiz
Kriesbachstrasse 30
8600 Dübendorf

info@worldvision.ch
T +41 44 510 15 15

Kinderschutz

World Vision ist die Sicherheit und Privatsphäre der Kinder in unseren Patenschafts-Programmen ein grosses Anliegen. [ ]

Wenn Sie Grund zur Annahme haben, dass eines dieser Kinder gefährdet ist, geben Sie uns bitte umgehend Bescheid: Rufen Sie uns an unter +41 44 510 15 93 oder schicken Sie uns ein E-Mail an protection@worldvision.ch.

Newsletter abonnieren

instagram

 

 

ALLGEMEINE SPENDEN    Postkonto: 80-142-0  |  Bank: IBAN CH98 0900 0000 8000 0142 0

World Vision Schweiz ist eine gemeinnützige und somit steuerbefreite Organisation. CHE-333.958.696

World Vision verwendet Cookies, um Ihr Online-Erlebnis zu verbessern.
Mit der weiteren Nutzung von worldvision.ch akzeptieren Sie unsere Datenschutzbestimmungen